Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.Fermer la popup

Ligne d'écoute01 43 67 00 00

L’hépatite A (VHA) et l’hépatite B (VHB)

 L’hépatite A (VHA)

(Ce contenu est extrait du guide Le VIH et les Hépatites publié par l’association NAM aidsmap. Il est disponible ici en intégralité)

L’hépatite A provoque une maladie à court terme (ou aigüe) qui dure habituellement de 10 à 14 jours. Il n’existe pas de phase chronique ou de longue durée. En général, les personnes atteintes se rétablissent bien sans traitement particulier. Par ailleurs, une fois que l’on a eu l’hépatite A, on ne peut plus l’attraper.

L’hépatite A s’attrape par contact avec des fèces humaines infectées (selles, excréments..). Certains aliments, l’eau et les glaçons sont des voies de contamination courantes, mais l’hépatite A peut aussi se transmettre au cours des rapports sexuels, en particulier par le biais des contacts entre la bouche et l’anus.

Il est possible que les personnes séropositives atteintes d’hépatite A soient malades plus longtemps que les personnes séronégatives. Il se peut aussi qu’elles aient à interrompre leur traitement anti-VIH, ou tout autre traitement, pendant quelques temps. En effet, lorsque le foie est enflammé à cause de l’hépatite A, il ne peut pas métaboliser les médicaments correctement, ce qui peut conduire à une augmentation des risques d’effets secondaires.

Consultez l’intégralité du guide Le VIH et les hépatites disponible ici en intégralité ou visitez le site web de NAM, association de lutte contre le VIH, à l’adresse http://www.aidsmap.com.


L’hépatite B (VHB)

(Ce contenu est extrait du guide Le VIH et les Hépatites publié par l’association NAM aidsmap. Il est disponible ici en intégralité)

Le virus de l’hépatite B (VHB) est une infection qui peut provoquer des lésions du foie très graves qui peuvent parfois même être fatales.

C’est une infection très répandue dans le monde entier, en particulier en Afrique dans le sous-continent indien, et en Asie. Beaucoup d’hommes homosexuels séropositifs sont aussi infectés par l’hépatite B. L’hépatite B est également très fréquente chez les toxicomanes qui s’injectent la drogue. Au niveau mondial, on estime qu’environ un tiers des personnes séropositives sont également infectées par l’hépatite B ou l’hépatite C. C’est ce qu’on appelle souvent la co-infection.

La transmission
La raison pour laquelle tant de personnes séropositives ont également une hépatite B, est que le virus se transmet de façon semblable au VIH, en particulier par les contacts avec les sécrétions de l’organisme tels que le sang, le sperme et les sécrétions vaginales, et de la mère à l’enfant pendant la grossesse.

Bien que la salive contienne de petites quantités de virus de l’hépatite B, la salive ne transmet pas vraiment l’infection, à moins que la salive d’une personne infectée ne pénètre dans une coupure ou une plaie.

L’hépatite B est beaucoup plus infectieuse que le VIH. Tout comme avec le VIH, on peut réduire ses risques d’infection.

Il est très important que les personnes séropositives soient vaccinées contre l’hépatite B. L’utilisation de préservatifs pour les pénétrations anales, vaginales, ou pour les rapports bucco-génitaux, réduit les risques de transmission de l’hépatite B par voie sexuelle. De même, évitez de partager les aiguilles ou tout autre matériel d’injection.

Les symptômes
La plupart des adultes qui ont une hépatite B ne présentent aucun symptôme suggérant qu’ils sont infectés, et elle est souvent uniquement diagnostiquée au cours d’examens sanguins de routine ou d’un examen du foie. Même si vous n’avez pas du tout de symptômes, vous pouvez quand même transmettre le virus.

Cependant, certains symptômes peuvent apparaître peu de temps après l’infection. Ils peuvent comprendre :
• Un jaunissement de la peau et du blanc des yeux (jaunisse),
• Une perte d’appétit,
• Des douleurs abdominales,
• Des nausées et des vomissements,
• Une fièvre élevée,
• Des douleurs articulaires et musculaires et une sensation de malaise général.

Ces symptômes peuvent être très graves et, dans des cas très rares peuvent même entraîner la mort.

Les stades de l’infection
Il existe quatre stades d’infection à l’hépatite B.

1er stade – Tolérance immunitaire : à ce stade, le virus peut se reproduire librement dans l’organisme mais ne provoque aucun symptôme ou de dommage au foie. Chez les adultes, ce stade peut durer plusieurs semaines après l’infection et plusieurs années chez les bébés et les jeunes enfants.

2ème stade – Réponse immunitaire : à ce stade, les défenses naturelles de l’organisme, le système immunitaire, attaquent les cellules du foie qui sont infectées par le virus, commençant ainsi à éliminer le virus de l’organisme. Chez certaines personnes ce stade ne dure que quelques semaines. En revanche, chez les personnes dont le système immunitaire n’arrive pas à éliminer le virus, il peut se prolonger plusieurs années. Etant donné que le système immunitaire attaque les cellules du foie infectées par le virus, le foie peut être gravement endommagé et de nombreuses personnes développent des symptômes et ne se sentent pas bien pendant cette période.

3ème stade – Clairance virale : souvent appelée « séroconversion » parce que l’organisme produit des anticorps en réponse à une substance présente à la surface du virus de l’hépatite B, appelée antigène e. A ce stade, l’hépatite B arrête de se reproduire.

4ème stade – Immunité à l’hépatite B : c’est le moment où le système immunitaire produit une réponse complète d’anticorps à l’hépatite B et élimine le virus de l’organisme. Le matériel génétique de l’hépatite B (ADN) peut cependant rester à l’intérieur des cellules hépatiques et peut, très rarement, être réactivé plus tard.

La plupart des adultes infectés par le virus de l’hépatite B guériront et deviendront immunes à vie. Cependant, jusqu’à 10% des adultes infectés deviennent porteurs chroniques du virus. C’est à dire qu’ils continueront à être contagieux et peuvent développer des troubles hépatiques chroniques et graves. Les enfants infectés, particulièrement les nouveau-nés, sont beaucoup plus susceptibles de devenir des porteurs chroniques. Les personnes séropositives sont aussi moins susceptibles d’éliminer le virus.

Consultez l’intégralité du guide Le VIH et les hépatites disponible ici en intégralité ou visitez le site web de NAM, association de lutte contre le VIH, à l’adresse http://www.aidsmap.com.

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques