Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.Fermer la popup

Ligne d'écoute01 43 67 00 00

VIH / Hépatite B (VHB) : mon suivi médical

Près de 30% des personnes vivant avec le VIH, vivent avec un ou des virus des hépatites. En s’attaquant au foie, ces virus complexifient le traitement et la prise en charge des maladies. Le foie assure de multiples fonctions indispensables à notre organisme: il permet le passage des éléments nutritifs et des médicaments dans la circulation sanguine, il stocke l’énergie et la libère selon nos besoins. C’est également un filtre qui élimine les déchets du sang. Enfin, il produit des éléments essentiels au bon fonctionnement de notre système immunitaire et à la coagulation du sang. C’est donc un organe essentiel et vital.

Vivre avec une co-infection VIH-VHB implique un suivi médical attentif.


Le VIH et les hépatites : l’hépatite B

(Ce contenu est extrait du guide Le VIH et les Hépatites publié par l’association NAM aidsmap. Il est disponible ici en intégralité)

La surveillance
Il existe plusieurs tests permettant de vérifier si vous êtes infecté(e) par l’hépatite B, ou si vous l’avez été et avez réussi à éliminer l’infection.

Si ces tests détectent dans votre sang des particules du virus de l’hépatite B, appelées antigènes de surface sur une période de plus de six mois, vous êtes porteur chronique d’une hépatite B et vous continuez à être contagieux pour les autres.

Les personnes qui sont positives pour ces antigènes ont aussi un taux de reproduction de l’hépatite B plus élevé et sont davantage susceptibles d’être contagieux

Si vous avez des anticorps mais pas d’antigènes, six mois après l’infection, votre système immunitaire a éliminé l’hépatite B.

Vous aurez probablement des examens réguliers pour voir si votre foie a souffert de l’hépatite B. Ce sont ce qu’on appelle des tests de fonctionnalité et ils mesurent le taux de certaines substances chimiques, des protéines et des enzymes qui indiquent à quel point votre foie fonctionne bien et s’il a souffert des dommages irrémédiables. Ces tests doivent être faits au moins tous les six mois. Vous pouvez en apprendre davantage sur les examens effectués pour contrôler l’état de votre foie en consultant le livret d’informations pour les patients de NAM: Cellules CD4, charge virale et autres tests.

Les examens par ultra-sons sont également utilisés pour examiner les lésions du foie. Dans certains cas, il peut être nécessaire de faire une biopsie, où un tout petit échantillon de tissue hépatique est prélevé à l’aide d’une aiguille aspirative, pour être examiné au microscope.

Les traitements
Des traitements sont disponibles pour les personnes qui ne parviennent pas à éliminer l’hépatite B de leur organisme. L’objectif du traitement contre l’hépatite B est de réduire l’inflammation du foie et le taux d’ADN de l’hépatite B. De façon idéale, le traitement éliminera également de l’organisme les antigènes de l’hépatite B et produira des anticorps.

Plusieurs médicaments sont actuellement disponibles pour le traitement de l’hépatite B. Ils sont : l’adéfovir (Hepsera), l’interféron alpha, l’entécavir (Baraclude) et la telbivudine (Sebivo).

Certains médicaments contre le VIH sont efficaces contre le virus de l’hépatite B.
– Le 3TC (lamivudine, Epivir, ou Zeffix lorsque il est utilisé pour traiter l’hépatite B sans traitement anti-VIH).
– Le FTC (emtricitabine, Emtriva).
– Le ténofovir (Viread, également disponible sous forme de pilule combinée avec le FTC appelée Truvada).
– De nombreux médecins spécialistes du VIH utiliseront ces médicaments pour traiter à la fois le VIH et l’hépatite B chez les patients co-infectés.

Le type de traitement que vous recevrez dépendra de la façon dont le VIH et l’hépatite B affectent votre santé. Il est très important de ne prendre des médicaments qui marchent aussi contre le VIH que s’ils font partie de votre association médicamenteuse contre le VIH. En effet, autrement ils pourraient conduire à un VIH résistant à ces médicaments. Pour en apprendre plus sur la résistance, consultez le livret «L’observance et la résistance» dans cette série.

Avant de commencer un régime médicamenteux, vous serez surveillé de près pour l’état de votre foie, votre taux de CD4 et votre charge virale.

En général, le choix du traitement contre l’hépatite B dépendra de votre taux de cellules CD4.

Si votre taux de cellules CD4 est inférieur à 350: le traitement contre le VIH est recommandé à ce niveau. Par conséquent, l’association médicamenteuse qu’on vous donnera devrait être efficace contre le VIH et l’hépatite B. L’option la plus utilisée est une pilule qui combine le FTC et le ténofovir, appelée Truvada, également disponible dans la pilule combinée Atripla.

Si votre taux de cellules CD4 est entre 350 et 500: Les personnes souffrant d’une hépatite B peuvent appartenir au groupe de patients pour lesquels un traitement contre le VIH précoce peut être approprié. Par conséquent, une association médicamenteuse active contre les deux virus (par exemple, une association qui comprend le Truvada) devrait être utilisée.

Si votre taux de cellules CD4 est supérieur à 500: le traitement précoce contre le VIH est une option. Autrement, l’utilisation de médicaments contre l’hépatite B qui ne marchent pas contre le VIH est recommandée: l’interféron pégylé, l’adéfovir ou la telbivudine. L’entécavir ne doit pas être utilisé sans médicament antirétroviral parce qu’il peut provoquer une résistance au 3TC (lamivudine, Epivir).

Le traitement du VIH et l’hépatite B
Le traitement contre le VIH peut être utilisé sans danger et de façon efficace si vous avez une hépatite B.

Il arrive cependant que certaines personnes co-infectées par le VIH et par l’hépatite B aient une forte inflammation du foie en commençant le traitement anti-VIH. Celle-ci ne dure pas.

C’est en général une conséquence de la reconstitution du système immunitaire déclenchée par le traitement anti-VIH. Le système immunitaire améliore ainsi sa réponse aux infections comme l’hépatite B et cette réponse améliorée peut conduire à une inflammation active du foie liée à l’hépatite B.

Les personnes infectées par le virus de l’hépatite B semblent être plus exposées à l’augmentation des enzymes du foie provoquée par certains médicaments anti-VIH. Les médicaments particulièrement associés à des effets secondaires au niveau du foie sont la névirapine (Viramune), le lopinavir/ritonavir (Kaletra), le darunavir (Prezista) et le ritonavir (Norvir).

L’état de votre foie sera surveillé de près lorsque vous commencerez le traitement. Vous pouvez en apprendre davantage sur le type de tests qui seront faits pour surveiller votre santé dans le livret d’informations pour les patients de NAM, Cellules CD4, charge virale et autres tests.

Consultez l’intégralité du guide Le VIH et les hépatites disponible ici en intégralité ou visitez le site web de NAM, association de lutte contre le VIH, à l’adresse http://www.aidsmap.com.

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques