Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.Fermer la popup

Ligne d'écoute01 43 67 00 00

La résistance

(Ce contenu est extrait de la brochure L’observance thérapeutique et la résistance publiée par l’association NAM aidsmap : elle est disponible ici en intégralité)

Le VIH se reproduit très rapidement, créant des milliards de virus tous les jours. Comme le virus commet des erreurs lorsqu’il se reproduit, chaque génération de virus diffère légèrement de la précédente. Ces petites différences sont ce qu’on appelle des mutations.

Certaines mutations se produisent dans les sections du VIH qui sont visées par les médicaments anti-VIH. En conséquence, des souches de VIH se développent qui sont moins facilement contrôlées par les médicaments. Ces souches de VIH sont dites résistantes aux médicaments ou pharmacorésistantes.

Les souches de VIH pharmacorésistantes varient: certaines sont extrêmement résistantes aux médicaments anti-VIH, d’autres le sont moins. Lorsqu’un médicament anti-VIH est pris, le VIH qui est totalement sensible à ce médicament disparaît, et le virus pharmacorésistant reste. Si la réplication du VIH n’est pas entièrement contenue, ces virus résistants peuvent continuer à se reproduire malgré la présence du médicament.

L’échec du traitement anti-VIH est souvent dû à la résistance. La charge virale, qui devrait chuter lorsque vous commencez une nouvelle association thérapeutique, augmentera à nouveau si le VIH pharmacorésistant est en mesure d’émerger.

Réduire les risques de résistance
Prendre votre traitement anti-VIH
Prendre votre traitement du VIH correctement, c’est à dire prendre les bonnes doses, à la bonne heure, en observant les restrictions alimentaires et en évitant les interactions, réduira les risques de résistance.

Prendre les bons médicaments anti-VIH
Avant de commencer le traitement anti-VIH pour la première fois, ou de changer de traitement parce que votre charge virale est détectable, on devrait vous faire un test de résistance. Vous trouverez des informations supplémentaires sur ces tests plus loin.

Les résultats du test de résistance vous aideront à choisir avec votre médecin une association de médicaments susceptible d’être la plus efficace contre le VIH.

Soyez honnête
Soyez honnête avec vous-même et avec votre médecin sur votre style de vie. Si vous risquez peut-être ou probablement de ne pas prendre votre traitement correctement, c’est très important que votre médecin le sache. Cela lui permettra de prescrire une association de médicaments moins susceptible de faciliter l’apparition d’une résistance. Par exemple, les risques de résistance sont moins élevés avec un traitement anti-VIH à base d’inhibiteur de protéase potentialisé qu’avec un traitement à base d’INNTI.

Une charge virale indétectable
L’objectif du traitement contre le VIH est une charge virale indétectable. Si votre charge virale est indétectable, le VIH ne peut pas devenir résistant à vos médicaments. Cependant, la résistance peut se développer si votre charge virale devient détectable et si vous continuez à prendre les médicaments. Vous pouvez en apprendre plus sur la charge virale dans le livret de NAM, le taux de cellules CD4, la charge virale et autres tests, disponible sur aidsmap.com.

Changer de traitement
Si votre charge virale est toujours détectable après 6 mois de traitement, ou si elle chute à un niveau indétectable puis redevient détectable lors de deux tests consécutifs, il faudrait changer votre traitement.

Le risque de pharmacorésistance peut en effet être réduit par un rapide changement de traitement.
Cependant, avant de changer de traitement, on devrait vous faire un test de résistance pour vous aider à choisir l’association de médicaments anti-VIH la plus efficace. Si vous changez votre traitement à cause d’une résistance, vous aurez très probablement besoin de démarrer une autre association de médicaments.

Certains nouveaux médicaments importants sont devenus disponibles pour les personnes qui ont un VIH pharmacorésistant. L’étravirine (Intelence®), un INNTI, marche bien chez la plupart des personnes qui sont résistantes aux autres INNTI. Un autre médicament important est l’inhibiteur de protéase potentialisé, le darunavir (Prezista®).

De nouvelles classes importantes de médicaments anti-VIH ont été développées. Elles comprennent l’inhibiteur de l’intégrase, le raltégravir (Isentress®), l’inhibiteur de CCR5, le maraviroc (Celsentri®) et l’inhibiteur de fusion, le T-20 (enfuvirtide, Fuzeon®).

La résistance croisée
Une fois qu’une résistance à un médicament anti-VIH s’est développée, votre VIH peut être résistant à d’autres médicaments anti-VIH similaires que vous n’avez pas encore pris. C’est ce qu’on appelle la résistance croisée.

Jusqu’à un certain point, la résistance croisée peut affecter tous les médicaments anti-VIH actuels. Cependant, elle n’est pas inévitable, et les tests de résistance vous aideront à choisir avec votre médecin les médicaments anti-VIH les plus susceptibles d’être efficaces contre le virus si une résistance apparaît.

Consultez l’intégralité du guide  L’observance thérapeutique et la résistance disponible ici en intégralité ou visitez le site web de NAM, association de lutte contre le VIH, à l’adresse http://www.aidsmap.com.

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques