Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.Fermer la popup

Ligne d'écoute01 43 67 00 00

Mon traitement

« Les médicaments vont-ils changer mon apparence physique ? »

Les médicaments que l’on utilise aujourd’hui sont moins toxiques et beaucoup de progrès ont été faits. Par le passé certains de ces médicaments entraînaient de façon visible une répartition anormale des graisses sur certaines parties du corps. Pour les personnes qui commencent aujourd’hui un traitement anti-VIH cela est devenu rare.

En ce qui concerne les organes comme le foie ou les reins qui sont plus fortement sollicités lors de la prise de ces traitements, votre médecin veillera à surveiller leur bon fonctionnement avec des bilans sanguins réguliers. De même, il fera attention à bien contrôler votre cholestérol et vos triglycérides qui peuvent parfois augmenter selon le traitement que l’on prend.

« Combien de pilules vais-je devoir prendre par jour, est-ce que je devrai prendre des médicaments tous les jours ? »

Lorsque le moment arrivera de prendre un traitement, votre médecin choisira la solution qui vous conviendra le mieux en fonction de votre mode de vie (vos horaires) et de vos antécédents médicaux. Il cherchera à ce que cela soit le plus simple possible pour vous car on sait que cela facilite d’autant plus votre capacité à prendre au mieux vos médicaments.

Vous devez avoir en tête qu’il faudra respecter les horaires de prise et ne pas interrompre votre traitement de votre propre initiative. En effet, si vous preniez votre traitement de façon irrégulière, cela rendrait ces médicaments inefficaces et vous devriez alors changer de traitement.

Tout le monde peut rencontrer à certains moments des difficultés pour suivre son traitement correctement. Si cela devait être vôtre cas il faudra alors en parler rapidement avec votre médecin, ou un autre professionnel de santé (infirmière, pharmacien) ou bien encore avec une association de lutte contre le sida. Ne laissez pas la situation se dégrader, réagissez. Il serait dommage qu’un traitement qui fonctionne perde de son efficacité.

« Est-ce que le traitement que je vais prendre va me guérir ? » « Pendant combien de temps vais-je prendre des médicaments ? »

Pour le moment, le traitement contre le VIH est toujours un traitement que l’on doit prendre à vie. Le traitement antirétroviral (ou ARV) ne peut pas guérir l’infection au VIH, mais il peut la contrôler. Il a pour but d’aider votre organisme en bloquant la multiplication du virus et de préserver vos défenses immunitaires. Attention, bien que contrôlé par les médicaments, le virus est toujours présent dans l’organisme et le risque de transmission subsiste, quoique faible.

Si en dépit du traitement, votre charge virale venait à nouveau à augmenter (de manière durable), cela voudrait dire que les médicaments que vous prenez ne sont plus assez efficaces pour contrôler le virus. Votre médecin pourra alors décider de vous en prescrire de nouveaux. Rassurez-vous, il existe aujourd’hui un grand nombre de médicaments antirétroviraux qui n’ont pas tous pas le même mode d’action. Tout cet « arsenal thérapeutique » offre donc un grand choix de combinaisons possibles pour vous proposer le meilleur traitement.

Par ailleurs, avant de vous prescrire de nouveaux médicaments, votre médecin vous demandera de faire une prise de sang pour savoir lesquels seront les plus efficaces.

« J’ai lu que ces médicaments pouvaient donner des effets secondaires, cela m’inquiète. »

Ces traitements ont fortement amélioré la vie des personnes séropositives en diminuant de manière considérable les cas d’infections opportunistes, les hospitalisations et les décès. De nombreux progrès ont été faits et les prises de médicaments se sont simplifiées avec le temps.

Toutefois, les traitements contre le VIH ne sont pas anodins et ils peuvent engendrer des effets secondaires/indésirables. Ils sont variables selon les personnes, aussi n’hésitez pas à les signaler à votre médecin.

Ils peuvent surtout apparaître dans les jours qui suivent la mise en place du traitement. Les plus courants sont de la fatigue, des maux de tête et des troubles digestifs (nausées, diarrhées), parfois de la fièvre ou des plaques rouges sur la peau (rash cutané). La plupart sont temporaires et s’estompent en quelques semaines (2 à 6 semaines). Si vraiment, vous êtes trop incommodé, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui cherchera une solution pour atténuer ces effets. Si ceux-ci sont vraiment intolérables, adressez-vous au plus vite à votre médecin afin qu’il puisse modifier votre traitement, mais ne décidez jamais seul de le stopper.

« Si je dois prendre d’autres médicaments que ceux pour le VIH est ce que cela pose un problème et à qui dois-je en parler ? »

Il faut toujours se rappeler que la prise d’un médicament n’est jamais anodine et que les antirétroviraux sont susceptibles d’interagir avec d’autres traitements. On parle d’interaction entre deux médicaments lorsque, pris ensembles, ils ont une action l’un sur l’autre. L’effet de cette interaction peut entraîner soit la modification de l’activité d’un des deux médicaments, soit entraîner une augmentation des effets indésirables ou une diminution de l’activité du médicament.

Vous l’aurez compris, il est important d’informer votre médecin de tout nouveau médicament que vous prenez. Par exemple si vous aviez une bronchite, celui-ci s’assura que ce qu’il vous prescrira pour la soigner ne causera pas d’interaction avec vos antirétroviraux. De même, soyez vigilant lorsque vous prenez des médicaments achetés sans ordonnance, ainsi que des produits à base de plantes. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien avant de prendre tout autre médicament ou produit à base de plantes.

De même, pensez à informer les autres praticiens de santé (dentiste, chirurgien, autres spécialistes) que vous pourriez consulter, que vous prenez des antirétroviraux. En pratique et pour des raisons de confidentialité, vous ne souhaiterez peut-être pas communiquer votre statut à tous les praticiens que vous consulterez. Dans ce cas, il faudra tout de même que vous preniez conseil auprès de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques