Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.Fermer la popup

Ligne d'écoute01 43 67 00 00

Prendre soin de moi

Être à l’écoute de soi, les choses importantes, préserver ma santé et mon bien-être…

« Depuis que j’ai eu les résultats positifs de mon test je ne dors plus aussi bien qu’avant, je me sens plus fatigué et un peu irascible. »

Vous savez peut-être qu’il y a des cycles de sommeil au cours de la nuit. La première partie de la nuit est plutôt occupée par du sommeil dit « lent », l’organisme récupère alors la fatigue physique.

La deuxième partie est propice au sommeil dit « paradoxal » au cours duquel se forment les rêves. C’est le temps de récupération de la fatigue psychique. Après deux nuits blanches consécutives il faut six nuits, complètes, pour récupérer la « dette » de sommeil ! Votre sommeil est essentiel à l’organisme pour récupérer la fatigue accumulée.

Le sommeil est facilement perturbé par les problèmes de santé et par ce qui peut nous préoccuper. Repérez l’heure à laquelle vous ressentez votre besoin de sommeil. C’est à ce moment là qu’il faut se coucher à condition que vous vous soyez mis dans les meilleures conditions : du calme, une chambre aérée, un lit confortable, si besoin une douche relaxante. Vous pouvez aussi prendre une boisson chaude non alcoolisée et une lecture sereine. Si besoin, vous pouvez vous faire aider ponctuellement avec un médicament prescrit par votre médecin pour rompre le cercle vicieux de l’insomnie. Mais un sommeil naturel reste toutefois préférable.

« Comment faire pour conserver le plaisir alors que j’ai l’impression que l’on me dit que je dois faire attention à beaucoup de choses à partir de maintenant. »

Vous avez l’occasion de développer une connaissance aiguisée de votre corps et de vous-même. Votre insouciance est confrontée à la difficulté de cette nouvelle situation. Votre devez ré-inventer des règles de vie qui vous protègeront. Le plaisir y aura toute sa place. C’est une stratégie à construire, une négociation à jouer avec vous-même.

Ce n’est pas parce vous développez une conscience du risque, des dangers, que l’amusement, une distance au quotidien n’est plus possible. Vous amuser est toujours possible, voire même nécessaire, car la vie continue. Gardez-vous de toute perte excessive de contact avec le réel si vous utilisez des produits festifs. Apprenez à négocier avec les contraintes pour garder le plaisir.

L’hygiène de vie avec plaisir et humour, c’est thérapeutique !

« Jusqu’à présent je ne faisais pas trop attention à mon hygiène de vie et maintenant je me demande si je dois changer quelque chose. »

La vie avec le VIH et un traitement vous demandera de faire plus attention à votre santé. Ce qui est valable pour tout le monde, l’est encore plus pour vous (de même que pour les personnes souffrant d’autres maladies chroniques).

Prendre soin de vous, c’est faire attention à votre corps pour l’aider à mieux lutter contre le virus et à mieux tolérer le traitement. C’est aussi un état d’esprit, et savoir être à l’écoute de vous-même est important. Vous allez avec le temps apprendre à mieux vous connaître et repérer ce qui fait du bien à votre santé, physiquement mais aussi psychologiquement.

Votre corps dépense beaucoup d’énergie pour se défendre contre le virus. Tout ce que vous ferez pour l’aider sera bénéfique, à condition que cela ne devienne pas une obsession et que le plaisir demeure. Vous ne devez pas voir les règles d’hygiène de vie que nous allons vous recommander seulement comme un carcan qui vous priverait du plaisir, mais au contraire comme une façon de vous sentir mieux.

« Aujourd’hui je mange comme je veux, je n’ai pas d’habitudes précises et je ne suis pas sûr de bien manger. Mais après tout est-ce si important que cela ? »

On sait maintenant qu’une bonne alimentation aide à maintenir l’immunité et à mieux tolérer les traitements. L’apport en vitamines et en minéraux (qui ont un rôle clé dans les défenses immunitaires) doit être suffisamment important.

Par vos repas, essayer d’apporter à l’organisme des sucres (glucides), des matières grasses (lipides), des protéines. Votre alimentation doit être variée. Il est important de goûter à tout. N’abusez ni des glucides, ni des lipides, ni des protéines. Adaptez vos repas à votre activité physique, à vos goûts et à vos désirs. Prenez le temps d’un repas assis, au calme, avec des mets de votre préparation.

Il est important de réaliser que « bien manger » ne coûte pas plus cher, ne prends pas plus de temps. Surtout, cela devient, avec l’habitude, un immense plaisir. Prenez l’habitude de choisir des produits sains et frais. Evitez la restauration rapide et les plats préparés qui sont de moins bonne qualité gustative, nutritive et qui coûtent plus chers. Comme tout le monde, évitez au maximum la « malbouffe » car elle favorise notamment l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Vous pouvez préparer des repas simples et faciles en respectant l’équilibre alimentaire.

Réfléchissez à votre régime alimentaire, commencez par agir sur le plus facile : le petit déjeuner par exemple. Jouez à diversifier vos aliments !

Certains traitements peuvent en effet entraîner une augmentation du cholestérol et des triglycérides. Si c’est le cas pour vous, votre médecin vous l’indiquera et vous devrez être vigilants sur la consommation des « mauvaises graisses », mais aussi des aliments sucrés.

« Est-il encore plus important d’arrêter de fumer lorsque l’on est séropositif ? »

Vous devez également savoir que les personnes vivant avec le VIH sont plus fragiles face aux effets négatifs du tabac. L’arrêt du tabac procure la joie de retrouver de l’énergie avec le sentiment de libération de la dépendance passée. Vous retrouvez votre teint de peau frais et votre odorat. Vous aurez une meilleure haleine et un timbre de voix plus clair. Vous pourrez éprouver un stress, mais il s’estompe d’autant plus rapidement avec le plaisir d’un rythme de vie nouveau, inventif et surprenant.

Aussi cela doit faire partie des priorités de votre agenda. Il serait vraiment dommage que votre infection au VIH soit bien contrôlée grâce à vos efforts, aux traitements et à un bon suivi médical, et qu’au final vous ayez une maladie pulmonaire ou cardiovasculaire à cause du tabac !

Réfléchissez à votre envie d’arrêter de fumer. Prenez le temps. Choisissez un moment opportun et organisez, dans le plaisir, votre vie pour cette nouvelle aventure. Soyez joueur et construisez des stratégies pour gérer les difficultés susceptibles de se présenter les 1er temps : activités culturelles, sportives, etc. Vos amis peuvent vous aider à mettre en place vos stratégies personnelles et efficaces pour ne plus fumer.

Enfin n’hésitez pas à vous faire aider, il existe aujourd’hui de nombreuses consultations anti-tabac.

« J’ai l’habitude de faire la fête et je n’ai pas envie d’arrêter. En plus, maintenant que je sais que je suis séropositif j’ai envie d’oublier ce qui m’arrive. »

Vous devez tenir compte de trois choses :

1- Ces produits peuvent vous conduire à des pratiques sexuelles à risque (pour vous et pour les autres) si vous perdez le contrôle de vous-même ;

2- De même, vous pourriez oublier plus facilement de prendre votre traitement si vous êtes sous l’effet de ces produits. Or, rappelez vous qu’un traitement contre le VIH est efficace
que s’il est pris régulièrement, et selon des horaires fixes ;

3- Enfin, on sait que l’abus d’alcool (tout comme le tabac) a un effet négatif sur votre système immunitaire et peut favoriser certains cancers.

L’alcool peut être associé à la fête, la convivialité, les moments entre amis. L’idée n’est pas forcément de le supprimer totalement, mais d’en contrôler la consommation. Avec une consommation raisonnée, vous soulagerez votre foie et votre pancréas qui sont fortement sollicités avec le VIH, les co-infections et les traitements.

Profitez de vos amis, de vos sorties et consommez un verre plutôt que deux comme vous en aviez peut-être l’habitude. Vous pouvez également choisir des alcools moins forts et modifier progressivement vos habitudes de consommation. Puis, vous pourrez supprimer le verre superflu.

« Est-ce que faire du sport change quelque chose, est-ce vraiment utile dans mon cas ? »

Avoir une activité physique mesurée est bénéfique sur le plan cardiovasculaire, respiratoire et musculaire. Si vous pratiquez déjà une activité sportive, vous pouvez conserver le  niveau d’entraînement auquel vous êtes habitué. Vous pouvez aussi débuter une activité. L’important est de conserver un côté ludique et que vous preniez du plaisir dans cette activité. Aucun sport n’est contre-indiqué. Il n’y a plus qu’à trouver l’activité qui vous convient ainsi qu’à votre corps.

Il n’est pas pertinent de se faire violence car votre corps dépense beaucoup d’énergie à lutter contre le virus. En revanche, la pratique d’une activité physique régulière (trois fois vingt minutes par semaine ou encore mieux de 30 minutes par jour) permet de réduire la sensation de fatigue et d’augmenter le niveau d’énergie.

Tout en étant à l’écoute de votre corps, vous pouvez jouer avec ses performances sans le malmener.

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques