Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.Fermer la popup

Ligne d'écoute01 43 67 00 00

Quelques conseils

Grâce à une meilleure prise en charge de l’infection à VIH, l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH s’est allongée. Pour vivre encore mieux, et en bonne santé, vous pouvez agir sur certains facteurs.

Contrôler l’infection
Soyez observant, prenez votre traitement antirétroviral ! Certes, la lassitude peut parfois s’installer après des années de traitements. Mais ses bénéfices sont largement supérieurs aux inconvénients. S’il ne vous convient plus, parlez-en avec votre médecin. Évaluez avec lui les différents risques de complications (cardiovasculaires, diabètes, osseux, etc.) afin d’agir.

Adopter une bonne « hygiène de vie »
Il n’est jamais trop tard pour arrêter le tabac et adopter des « règles de vie » plus saines : une alimentation équilibrée peut ainsi amoindrir les risques de troubles lipidiques (triglycérides, cholestérol) et/ou l’apparition du diabète. Évitez également la consommation excessive d’alcool et pratiquez une activité physique, adaptée à votre état de forme et à votre histoire médicale. Demandez conseil à votre médecin sur le type d’exercice que vous pouvez faire.

Restez acteur de votre suivi
Ne sous-estimez pas l’importance de votre bien-être psychologique. Vivre avec le VIH peut être compliqué à vivre. Vieillir avec le VIH représente souvent une difficulté supplémentaire. Il est donc important de consulter et de traiter une éventuelle dépression avant qu’elle ne s’installe durablement.

N’oubliez pas vos vaccins !
Ce n’est pas parce qu’on vieillit que l’on doit oublier ses vaccins ou les rappels… En théorie, le seul vaccin totalement contre-indiqué pour les PVVIH est celui du BCG. Les vaccins contre les hépatites A et B, le pneumocoque et la grippe saisonnière sont fortement recommandés. N’oubliez pas non plus le tétanos, la coqueluche, la polio ou la diphtérie (dTCaP ou dTP). Votre médecin sera d’un bon conseil pour adapter le calendrier vaccinal à votre état, car il préférable d’avoir une charge virale contrôlée pour garantir l’efficacité d’un vaccin.

Gérer les polypathologies
Coordonner le suivi de différentes pathologies chroniques peut s’avérer compliqué. Nous vous conseillons de :
– constituer un dossier médical personnel avec les photocopies de vos bilans, de vos ordonnances, des fiches de rendez-vous. Tenez un agenda afin de ne pas vous laisser surprendre et d’anticiper les rendez-vous.
– apporter ce dossier à vos différentes consultations afin d’informer les différents médecins des traitements que vous prenez. Votre médecin traitant a un rôle prépondérant pour la coordination de votre parcours de soins. Définissez avec lui la circulation de l’information entre les différents médecins ;
– être vigilant quant aux interactions médicamenteuses. N’hésitez pas à vous adresser à un pharmacien et/ou à votre médecin. Vous pouvez consulter également notre réglette d’intéractions médicamenteuses
Et si vous en ressentez le besoin, vous pouvez acquérir un savoir-faire pour gérer au quotidien ces contraintes grâce à l’éducation thérapeutique du patient. Renseignez-vous auprès de notre association ou de votre médecin.

Retrouvez l’intégralité de la brochure « Vivre avec le VIH après 50 ans » dans la partie « commandez nos outils ».

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques