GÉNÉRATIONS POSITIVES

Source : REMAIDES

Marianne a 61 ans. Elle vit avec le VIH depuis 1987. Sasha, de son côté, a 30 ans. Il vit avec le VIH depuis 2014. Ils ne se connaissent pas et ne se sont jamais parlé. Aujourd’hui, ils participent à un entretien croisé.

Dans quelles circonstances avez-vous découvert votre séropositivité et quelles ont été les répercussions sur votre vie, les premiers temps ?

Marianne : En 1987 je vivais en Guyane et, suite à une crise d’herpès fulgurante, mon gynécologue m’a fait faire un test VIH qui est revenu positif. À l’époque, le sida, c’était une maladie honteuse et sale pour la société. C’était un véritable coup de massue, la terre s’est écroulée sous mes pieds. J’avais un petit garçon de 18 mois, né d’une ancienne relation. Je venais de me marier avec mon nouveau conjoint et j’avais le désir d’un deuxième enfant avec lui. Un chercheur de l’Institut Pasteur de Cayenne m’a annoncé que je pouvais espérer quatre ans à vivre, seul recul que j’avais à l’époque. Trois ans après cette annonce, je pensais qu’il ne me restait plus qu’un an, alors je suis partie seule en voyage pendant cinq mois en Thaïlande. Je me suis dit qu’il fallait que je profite de la vie, je ne me sentais pas malade et j’avais besoin de faire le point, me ressourcer.
Sasha : Je n’étais même pas né, mais j’essaie de me projeter. Tu avais quoi comme traitement ?
Marianne : Il n’y avait aucun traitement efficace à l’époque. J’ai échappé à l’AZT, c’était un traitement très toxique, mais qui permettait aux malades en stade sida d’avoir un peu de sursis. Je m’estime très chanceuse d’être toujours là aujourd’hui. C’est mon mari qui m’a transmis le VIH. Ce non-dit a été insupportable pour moi et nous avons fini par divorcer.

Source : REMAIDES

Sidaction 2023

Source: sante.lejounaldesfemmes.fr

Le Sidaction 2023 a lieu à la fin du mois de mars, avec une grande collecte de fonds destinée à la lutte contre le virus du Sida (VIH). Comment faire un don ? Que signifie le ruban rouge ? Où vont les dons ? Quel objectif ? Tout savoir.

Le Sidaction lutte contre le virus du Sida (VIH) depuis 1994. Cette association de solidarité présidée par Françoise Barré-Sinoussi soutient la recherche sur le virus du Sida. C’est également un évènement télévisuel de collecte de dons. « Les fonds collectés seront reversés à la fois aux programmes de recherche et de soins et aux programmes associatifs de prévention, d’accès au dépistage et d’aide aux personnes vivant avec le VIH, en France et à l’international » explique l’association Sidaction. Comment faire un don ? Quelle est la signification du logo, le ruban rouge ? Quelle est la date de la prochaine édition ?

Quelle est la date du Sidaction 2023 ?

Les dates de l’édition 2023 du Sidaction n’ont pas été encore communiquées. Néanmoins, l’opération a toujours eu lieu fin mars, donc potentiellement autour du 25 mars 2023

Définition : c’est quoi le Sidaction ?

Le Sidaction désigne une association de solidarité contre le VIH/sida reconnue d’utilité publique et inscrite au répertoire national des associations, présidée par Françoise Barré-Sinoussi. C’est aussi un évènement télévisuel annuel de collecte de dons pour cette association qui finance à parts égales des programmes de recherche et des associations d’aide aux malades et de prévention, en France et à l’international.

Article complet ici: sante.lejounaldesfemmes.fr

Guyane sida info service

Source: outremers360.com

Après un an d’exercice de la ligne téléphonique de Sida Info Service (SIS), l’association a décidé un élargissement des horaires d’écoute, ainsi que l’utilisation de nouvelles langues, afin de toucher un plus large public guyanais.

La ligne téléphonique du SIS, gratuite et accessible depuis un an en Guyane, voit ses horaires évoluer, les lundis, mardis, jeudis de 9h à 15h et les vendredis et samedi de 17h à 23h par téléphone ou via l’application WhatsApp. De plus, si la ligne proposait déjà 4 langues, avec le français, le créole haïtien, le portugais et l’espagnol, deux nouvelles langues sont désormais disponibles, avec l’anglais et le sranan tongo, dans une volonté d’élargir la disponibilité et l’écoute de professionnels locaux, dédié à la mission de l’association.

Autre annonce notable du SIS, le soutien apporté par l’association Gay Friendly et LGBT du Groupe Air France, « Personn’Ailes », qui a organisé pour le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le VIH/sida, l’envoi de brochures de prévention et de préservatifs vers la Guyane pour sensibiliser et protéger la population locale. Ainsi, dans une volonté de soutenir le travail du SIS, l’association du groupe Air France mettra en place une ou deux campagnes de soutien pendant l’année, avec un appel au don auprès du public et des salariés, ou encore la mise en place de vol « Ruban rouge » le 1er décembre prochain avec transport de matériel de prévention vers la Guyane

Article complet ici: outremers360.com