Les petits blips de la charge virale ne sont pas un problème

PARTAGER SUR :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le but du traitement du VIH est de maintenir la charge virale à un niveau très bas -dit «indétectable». C’est à dire à un un niveau inférieur à 20 copies / ml ou au-dessous de 50 copies / ml. Le niveau de copies (20 ou 50) dépendra du test clinique utilisé.

Lorsqu’elles prennent un traitement ARV, certaines personnes font l’expérience d’augmentations temporaires de leur charge virale. Ces montées sont appelées «blips». Habituellement, la charge virale remonte puis redescend ensuite.

Par exemple, quelqu’un qui a déjà eu une charge virale inférieure à 20 copies / ml (en d’autres termes, «indétectable») peut remonter à une charge virale de 45. À peine le temps de refaire des tests que la charge virale de temps est redevenue indétectable.

Ces blips de la charge virale sont-ils importants? Est-ce qu’un blip signifie que votre traitement contre le VIH sera moins efficace à l’avenir?

Des chercheurs espagnols ont mené une étude sur plus de 4000 personnes qui avaient déjà une charge virale indétectable stable quand ils ont rejoint l’étude et les résultats sont plutôt rassurants.

Environ 800 ont connu un blip de leur charge virale (entre 20 et 50). Les chercheurs ont constaté que ces gens n’étaient pas plus susceptibles d’avoir un échec thérapeutique plus tard. Cela montre qu’un blip de la charge virale à ce niveau n’est pas inquiétant.

Pour les personnes ayant un blip entre 50 et 200, les résultats ne sont pas concluants. Toutefois, les chercheurs ont découvert que les personnes ayant eu un blip au dessus de 200 étaient un peu plus susceptibles d’avoir un problème avec leur traitement plus tard.

Les blips peuvent avoir des causes diverses, y compris des erreurs des laboratoires, des changements temporaires dans la concentration du médicament, ou des fortes activations temporaires du système immunitaire – par exemple en réponse à une infection comme la grippe.

Source en anglais : AIDSMAP

PARTAGER SUR :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin