Comment utiliser la réglette ?

Cet outil a été créé en 1998, puis régulièrement revu. La dernière actualisation date d’octobre 2017. Celle-ci a été coordonnée par notre équipe rédactionnelle et l’actualisation du contenu des tables a été réalisée par des experts scientifiques (pharmaciens). Les sources utilisées pour élaborer et actualiser ces tables sont en premier lieu le site d’interactions de l’université de Liverpool (http://www.hiv-druginteractions.org/Interactions.aspx) et la base de données pharmaceutiques Thériaque (www.theriaque.org). Le « Guide des interactions médicamenteuses », édition 2017, de la revue Prescrire a également été utilisé pour confirmation ou compléments d’informations.

Les noms commerciaux retenus dans la réglette, issus de la base de données du Vidal (evidal.fr), correspondent aux spécialités qui, en pratique, sont les plus délivrées en officine.

Cette réglette présente les médicaments les plus couramment prescrits dans les champs thérapeutiques suivants : douleur ; maladies infectieuses ; endocrinologie et diabète ; hypertension et pathologies cardiovasculaires ; pneumologie ; gynécologie (dont contraception) et urologie ; psychiatrie et neurologie (dont épilepsie) ; gastroentérologie… Les médicaments anti-cancéreux et immuno-modulateurs ne sont pas intégrés à ces tables.

La réglette comporte des molécules pour lesquelles il existe un risque d’interaction avec au moins un ARV ou AAD. Pour les interactions avec les combinaisons d’ARV : si les interactions varient avec les différents molécules de la combinaison, c’est le degré d’interaction le plus fort qui a été retenu.

À quoi correspond le code couleur ?

Les interactions sont présentées selon le code couleur suivant :

Rouge : association déconseillée ou contre indiquée

Orange: interaction possible pouvant nécessiter des précautions d’emploi. Parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

Vert : Pas d’interaction attendue

Blanc : Non applicable ou non renseigné par les bases de données consultées

Que signifie « Non applicable » ?

La mention « non applicable » signifie qu’au moment où nous avons constitué la réglette, aucune interaction n’était répertoriée dans les bases de données consultées. Il est possible dans certains cas où les interactions n’ont pas été étudiées de faire un dosage des antirétroviraux (ARV) et antiviraux (AAD) pour déceler une éventuelle baisse/augmentation de concentration du traitement anti(rétro)viral due aux molécules ou plantes que l’on prend à coté. Le cas échéant, vous pouvez en discuter avec votre médecin.

Dans la mesure du possible, nous tenons une veille sur les interactions et essayons de mettre à jour la base de données aussi régulièrement que possible. Si vous constatez qu’une interaction connue n’est pas répertoriée dans notre base, n’hésitez pas à nous le faire savoir à at@actions-traitements.org.

Quelles sont les interactions disponibles dans la réglette ?

La réglette présente les interactions entre les traitements VIH (ARV) ou VHC (AAD) et les médicaments susceptibles d’être prescrits en association avec ces derniers. Pour les interactions avec les combinaisons d’ARV en un seul comprimé, si les interactions varient avec les différentes molécules de la combinaison, c’est le degré d’interaction le plus fort qui a été retenu.

Quels sont les médicaments dans la réglette susceptibles d’être pris en association avec des ARV/AAD ?

Cette liste rassemble des médicaments dans les champs thérapeutiques suivants : douleur, maladies infectieuses (antiviraux et antibiotiques) et parasitaires, endocrinologie et diabète, hypertension et pathologies cardiovasculaires, pneumologie (dont anti asthmatiques), gynécologie (dont contraception) et urologie, psychiatrie et neurologie (dont épilepsie), gastroentérologie, etc.

Comment sont présentés les traitements VIH/VHC & les médicaments ?

Les médicaments susceptibles d’être prescrits en association avec des antirétroviraux (ARV ) ou des antiviraux (AAD) apparaissent sous leur Dénomination Commune Internationale (DCI), qui correspond au nom de la molécule composant le principe actif du médicament, mais aussi sous leur nom commercial. Par exemple : paracétamol (DCI) et Doliprane®.

Quels sont les médicaments qui n’apparaissent pas dans la réglette ?

Les médicaments anti-cancéreux et immuno-modulateurs ne sont pas intégrés à ces tables car leur prescription présuppose une vérification des interactions en amont. Les médicaments homéopathiques n’y apparaissent pas non plus car ils n’entrainent pas de risque connu d’interaction avec les ARV ou AAD.

Les drogues sont-elles prises en compte dans la réglette ?

La réglette prend en compte la plupart des drogues disponibles et/ou consommées en France, y compris les drogues récréatives présentant une interaction avec un traitement VIH ou VHC. Toutefois, de nouvelles drogues de synthèse apparaissent régulièrement et les interactions ne sont pas toujours connues. Dans ce cas, il est possible que vous ne trouviez pas une drogue de synthèse récente dans notre base. Le cas échéant, n’hésitez pas à nous le faire savoir à at@actions-traitements.org.

  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques