Général

VIH et SARS-CoV-2, la mauvaise connexion

Le 18 novembre 2020

Source : JIM

Le grand âge et les comorbidités cardiovasculaires pèsent lourd dans le pronostic de la Covid-19. Les états d’immunosuppression augmentent également la sévérité de l’infection virale. L’infection par le VIH est un modèle du genre car elle s’accompagne d’un déficit immunitaire lié à la maladie au travers de la destruction des lymphocytes T4 par le virus. C’est à ce mécanisme pathogénique que répondent les antirétroviraux qui vont améliorer les fonctions immunitaires sans nécessairement les restaurer intégralement au prix d’effets indésirables qui augmentent le risque cardiovasculaire.

Le diabète et les dyslipidémies, mais aussi l’insuffisance rénale chronique et les maladies respiratoires viennent assombrir le pronostic qui dépend également de conditions socio-économiques souvent défavorables. Pour toutes ces raisons, les interactions entre l’infection par le VIH et la Covid-19 sont plus que probables, mais les quelques études publiées sur ce sujet n’ont pas permis de conclure formellement, les effectifs étant insuffisants ou l’approche transversale manquant de rigueur. Les résultats se sont avérés d’ailleurs contradictoires

Les patients VIH+ sont plus jeunes et ont moins de comorbidités

D’où l’intérêt de l’étude d’observation internationale de grande envergure diligentée par ISARIC (International Severe Acute Respiratory and emerging Infections Consortium) visant à préciser les caractéristiques cliniques des patients hospitalisés pour Covid-19. Les données ont été recueillies au Royaume-Uni auprès de 207 établissements hospitaliers et l’analyse a porté sur 47 952 patients hospitalisés pour une Covid-19 sévère, dont 122 (0,6 %) étaient atteints d’une infection par le VIH prouvée, la plupart bénéficiant d’un traitement antirétroviral (112/122 ; 91,8 %).
L’objectif était d’évaluer la mortalité au 28e jour de l’hospitalisation dans le groupe des cas (Infectés par le VIH) et des témoins en s’aidant de l’analyse des courbes de survie de Kaplan-Meier et de la méthode des risques proportionnels de Cox et en procédant à des ajustements statistiques selon diverses variables : sexe, ethnie, âge, date de l’hospitalisation, comorbidités individuelles et sévérité de la Covid-19 (hypoxémie ou oxygénothérapie).

Les deux groupes différaient quelque peu à l’état basal, les patients VIH+ étant plus jeunes (âge médian 56 versus 75 ans ; p<0,001), moins symptomatiques et atteints de moins de comorbidités. Sur le plan biologique, chez ces derniers, les concentrations plasmatiques de lymphocytes étaient en outre plus élevées, tout comme ceux de la CRP. La mortalité cumulée au 28e jour a été globalement similaire dans les deux groupes, soit 26,7 % (VIH+) versus 32,1 % (VIH-) (p = 0,16).

Surmortalité à J28 pour les moins de 60 ans

Cependant, chez les moins de 60 ans, la séropositivité a été associée à une surmortalité, soit 21,3 % versus 9,6 % dans le groupe des témoins (p<0,001 [log-rank test]). Après ajustement selon l’âge, le risque de décès est resté plus élevé, le hazard ratio ajusté (HRa) correspondant étant estimé à 1,47 (intervalle de confiance [IC] 1,01-2,14 ; p = 0,05). Cette surmortalité est restée significative, même après ajustement selon les autres variables, le HRa restant globalement à un niveau voisin, soit 1,69 (IC95 % 1,15-2,48 ; p = 0,008). Une analyse restreinte aux VIH+ de moins de 60 ans a conduit à un HRa de 2,87 (IC 95 % 1,70-4,84 ; p < 0,001).

Cette étude transversale ne prétend pas faire toute la lumière sur les connexions entre Covid-19 et infection par le VIH. Il semble néanmoins qu’au prix d’ajustements multiples et serrés, la séropositivité soit associée à une surmortalité significative, tout au moins chez les patients hospitalisés en raison d’une infection sévère par le SARS-CoV-2. Le risque vital serait nettement plus élevé chez les moins de 60 ans. Des résultats qu’il conviendrait de confirmer par des études longitudinales difficiles à mener dans le contexte de l’infection à VIH. En attendant, ces notions méritent d’être prises en compte dans la prise en charge de la Covid-19.

Dr Philippe Tellier

Référence
Geretti AM et coll. : Outcomes of COVID-19 related hospitalization among people with HIV in the ISARIC WHO Clinical Characterization Protocol (UK): a prospective observational study. Clinical Infectious Diseases 2020 ; publication avancée en ligne 23 octobre. doi.org/10.1093/cid/ciaa1605.
  • Partager sur
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Nos outils pratiques Nos outils pratiques