VIH : un seuil plus faible pour les cellules CD4 peut guider l’arrêt de la prophylaxie contre la pneumonie.

PARTAGER SUR :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Source : Univadis

À retenir

  • En l’absence d’autres facteurs de risque, les personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) qui présentent un taux de CD4 supérieur à 100 cellules/μl et une suppression de la charge virale sous traitement antirétroviral peuvent arrêter en toute sécurité la prophylaxie secondaire contre la pneumonie à Pneumocystis jirovecii.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations européennes actuelles préconisent l’arrêt de la prophylaxie secondaire uniquement chez les patients présentant un taux de CD4 supérieur à 200 cellules/μl.
  • Ces résultats, qui suggèrent que la prophylaxie peut être arrêtée chez les patients présentant un seuil de CD4 plus faible (c.-à-d., un taux de CD4 supérieur à 100 cellules/μl), sont conformes aux autres résultats et aux recommandations américaines.

Principaux résultats

  • 10 476 patients atteints d’une pneumonie à Pneumocystis jirovecii ont été inclus, pour 74 295 personnes-années (PA) à risque de pneumonie secondaire.
    • Sur les 373 personnes ayant reçu un diagnostic de pneumonie secondaire, 25,5 % étaient des femmes, et l’âge médian était de 38 ans (intervalle interquartile : 34–44).
  • L’incidence de la pneumonie à Pneumocystis jirovecii récurrente pour 1 000 PA avec un taux de CD4 de 100–200 cellules/μl après l’arrêt de la prophylaxie : 3,9 événements, contre 1,9 événement sous prophylaxie (P = 0,1).
  • La réplication virale était fortement associée à une incidence plus élevée de pneumonie à chaque strate de numération des CD4, indépendamment de l’administration d’une prophylaxie.

Méthodologie

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de la cohorte européenne COHERE pour la période 1998–2015.
  • Financement : Agence nationale française de recherches sur le SIDA et les hépatites virales ; autres.

Limites

  • Il s’agit d’une étude observationnelle.
  • Le seuil de suppression virale utilisé était relativement élevé (400 copies/ml).
  • Le caractère généralisable des résultats est limité.

 

PARTAGER SUR :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin