Vieillir avec

Vous et vos médicaments

L’évolution des traitements a largement contribué à changer la manière dont on vieillit avec le VIH. Les premiers traitements disponibles étaient très toxiques et provoquaient de nombreux effets indésirables. Depuis, les traitements ont évolué pour devenir bien plus efficaces dans le contrôle de la prolifération du virus, et aussi bien mieux tolérés. D’autant que la variété des traitements et combinaisons disponibles permet de proposer des réponses thérapeutiques adaptées à quasiment toutes les personnes vivant avec le VIH.

Malgré les avancées de la recherche, les personnes vivant avec le VIH doivent prendre un traitement toute leur vie. Cela peut être compliqué après plusieurs années de traitement. Mais pour garantir l’efficacité du traitement, il faut prendre celui-ci régulièrement et respecter les doses prescrites. C’est ce qu’on appelle l’observance. (lien vers site)

Dépasser les 50 ans, c’est aussi, souvent, devoir prendre d’autres médicaments pour traiter d’autres pathologies que le VIH. L’hypertension artérielle, l’excès de cholestérol, le diabète ou la survenue de cancer(s), etc. Ce sont autant « d’occasions » (appelées comorbidités) de prendre un ou plusieurs traitements en plus des antirétroviraux pour le VIH. Cela s’appelle la polymédication, et mérite une attention particulière de votre part comme de la part des professionnels de santé qui vous suivent. En effet, les différentes molécules qui composent vos médicaments peuvent interagir entre elles. Ces interactions médicamenteuses ont deux conséquences possibles :

Soit elles atténuent l’efficacité de l’un des médicaments que vous prenez.
Soit elles peuvent provoquer de nouveaux effets indésirables.

Pensez à mentionner tous les traitements que vous prenez déjà quand vous rencontrez un médecin qui vous en prescrit d’autres. C’est d’autant plus important quand vous achetez un médicament en vente libre, sans ordonnance d’un médecin. Pour les compléments alimentaires, les dérivés de plantes, les vitamines, parlez-en à un pharmacien pour vous assurer que vous ne risquez rien (ou référez-vous à notre réglette d’interactions médicamenteuses : en version papier, sur notre site Internet ou avec l’appli AT MedInfo).